ACCUEIILLIR, ENTENDRE, EDUQUER ET ANTICIPER.

vendredi 23 octobre 2015 par mrap

Nul ne peut avoir l’illusion qu’il n’est pas interpellé par le débat sur l’accueil des réfugiés,. Beaucoup veulent manifester, en réponse à trop de traumatismes et à trop de morts, une compassion et une solidarité concrète et ambitieuse. Cet engagement ne peut masquer une vive préoccupation. Les soutiens ne vont guère au-delà des réseaux de militants habituels. Des sondages sur le rejet des migrants inquiètent. La parole raciste agressive se libère. Des dégâts existent dans les têtes : « On va être submergés (…) On est envahi par les arabes. (…) On va nous imposer une autre culture (…) On n’a pas les moyens (…) Il faudrait mieux s’occuper de la misère en France… »

Comme beaucoup d’autres, les personnes touchées par le chômage, la précarité ou proches du seuil de pauvreté peuvent être moins sensibles aux arguments humanitaires ou moraux. Une priorité doit donc demeurer. Lutter vigoureusement contre toutes exclusions qui, depuis des années, touchent nos concitoyens rejetés de la vie économique, sociale ou civique. Il convient aussi de prendre en compte les réactions d’une large partie de l’opinion publique. Tel Ponce Pilate, trop de maires du département le font en se lavant les mains. D’autres, refusant l’hospitalité, pensent qu’expulser devrait prendre le pas sur accueillir. Il est donc indispensable de développer une solide argumentation pour déconstruire les préjugés et faire reculer l’incompréhension, la peur et l’ignorance. Il y a environ 8 millions de déplacés en Syrie, 4 millions de réfugiés dans les pays voisins. De l’ordre de seulement 2000 000 ont cheminé vers l’Union Européenne. Où est l’envahissement ? S’y ajoutent les migrants venus du Kosovo, de l’Erythrée, de la Libye… L’Europe, c’est de plus de 500 millions d’habitants. Elle est confrontée à son déclin démographique. Une Europe solidaire, oubliant ses égoïsmes nationaux, est en capacité de recevoir et d’intégrer 500 000 expatriés (0,1 % de ses habitants ; 1 million serait 0,2% !) La longue histoire des migrations en atteste. 500 000, c’est la population de notre département ! En l’occurrence depuis le début de l’année 2015, seulement 314 demandes d’asile ont été enregistrées par la préfecture de la Manche. C’est-à-dire : 0,06 % de la population ! Nous souhaitons qu’une majorité de Français, dans la durée, acceptent d’accueillir fraternellement des personnes en quête de paix et de protection. Nous devons donc faire connaître ces données. Contre les mensonges éhontés dire la vérité est essentiel, tout comme valoriser l’éducation citoyenne.

.Cela d’autant plus que nous nous sommes confrontés à l’inquiétante dynamique du Front National. Il est bien décidé à accroître sa conquête de l’électorat populaire, notamment au travers d’un racolage qui empreinte aux idées du socialisme. Nous ressentons tous que le F.N. mène la bataille des idées et qu’il est en passe de la gagner. Cela en irriguant notre société et les autres forces politiques de ses grands thèmes sécuritaires : anti-immigrés, anti-islam, populistes…La banalisation de ces leitmotivs est très inquiétante et inacceptable. Elle met en péril la démocratie et le vivre ensemble. Nous avons cédé trop de terrain à l’extrême droite. Nous fûmes capables de mobiliser fortement contre ses idées. Aujourd’hui, la désespérance et la colère de la population, touchée par la crise, sont récupérées par le F.N… et quelques autres. Cela pour monter les exclus contre les migrants. La mobilisation citoyenne est donc plus difficile. Contre les idées d’extrême droite, les militants que nous sommes doivent-ils subir en se cantonnant séparément dans leurs activités politiques, syndicales et associatives. Au contraire ces militants doivent-ils réagir ensemble ? Demain, ne sera-t-il pas trop tard ?

L’arrivée de réfugiés ne doit pas faire oublier les causes de cette situation. Etre solidaire par principe, par conviction, ou au nom de valeurs, ne peut dispenser de connaître le cap. Le monde d’aujourd’hui a une histoire : la traite négrière, l’épopée coloniale, l’échange inégal … Le monde va mal. Le monde est violent et la loi du plus fort y domine. La démocratie et la justice y sont bafouées. Les multinationales ont l’ambition de mettre en place un grand marché mondial, faisant fi des frontières, des particularismes ethniques, culturels et religieux. Le but des multinationales est d’écraser les capacités de résistance. Cette stratégie engendre des déstabilisations considérables. Les politiques ultra-libérales ont ouverts les frontières à l’argent roi et les ont fermées aux êtres humains. Des sommes gigantesques sont englouties dans les guerres et pour l’armement. Des sommes gigantesques sont englouties dans la lutte contre le terrorisme, englouties dans les paradis fiscaux, englouties dans la spéculation, englouties dans la corruption… Financer un développement assurant les besoins élémentaires de tous les Hommes, est parfaitement possible. Demain, contre la misère, il est parfaitement possible de construire des modèles alternatifs de développement fondés sur la justice. Demain, il est parfaitement possible de faire vivre des modèles alternatifs fondés la reconnaissance et le respect de la différence. Demain, il faut donner du sens au co-développement. Demain, il faut aider les états faillis ou les pays les plus pauvres à se reconstruire et à se développer.

Aujourd’hui, la clé du problème, c’est de mettre un terme aux raisons de départs des migrants. Ces raisons résultent d’abord de la politique des grandes puissances mondiales et régionales. Trop souvent des interventions pour éviter des catastrophes humanitaires, cachent l’ambition de mettre la main sur les richesses des peuples. Pour y parvenir, ces grandes puissances poursuivent des guerres créant le chaos. Ces guerres forcent des populations entières à quitter leurs pays. Pour servir leurs intérêts, les grandes puissances nouent des alliances avec toutes sortes de dictatures et des pays ayant des relations privilégiées avec l’islamisme radical. Cet impérialisme, ce bellicisme doivent cesser.

S’agissant de l’accueil des réfugiés, il faut aussi avoir bien conscience des questions concrètes à résoudre. Il faut avoir bien conscience de la résolution indispensable. Dans l’urgence, il faut disposer de lieux de mise à l’abri des réfugiés leur permettant de satisfaire à leurs besoins vitaux. Il faut disposer de structures où les réfugiés peuvent être reçus. Il faut disposer de structures où des contacts et un dialogue peuvent s’établir et être maintenus. Il faut disposer de structures où les réfugiés peuvent être informés de leurs droits. Il faut aider les réfugiés à effectuer l’ensemble de démarches complexes. Il faut leur apprendre notre langue… Les administrations de l’Etat sont-elles en capacité de faire face ? La coordination et le partenariat entre tous ceux concernés (services publics, associations…) sont-ils une réalité ? Ensuite, il conviendra de trouver à chaque réfugié un logement et un travail. De nombreuses études démontrent que l’immigration, à long terme, est bénéfique pour l’économie. Ne soyons donc pas frileux pour aller jusqu’au bout de l’intégration. Dans la Manche, selon « pôle emploi », fin avril 2015, il y avait 3991 projets de recrutement permanents ou saisonniers, dont 839 jugés difficiles. Pour répondre au devoir d’humanité, l’accueil exige une volonté politique sans faille de la part de la communauté internationale, de l’Union Européenne, de l’Etat, des collectivités… Pour répondre au devoir d’humanité, l’accueil les réfugiés exige un niveau d’engagement exceptionnel. Une vraie solidarité s’impose afin de permettre une juste répartition des efforts. Des décisions courageuses sont à prendre pour mobiliser des moyens humains. Des décisions urgentes sont à prendre pour mobiliser des moyens financiers suffisants et spécifiques. Sans attendre, chacun doit prendre sa part, là où cela est le plus efficace. Le plus grand péril est celui de l’indifférence. La plus grande menace réside dans un rejet xénophobe, dans le refus du plus élémentaire devoir d’humanité qui devrait habiter l’âme de chacun.

Les demandeurs de l’asile « politique » et les exilés « économiques », demain climatiques, sont victimes des mêmes drames. Ils ne disparaîtront pas de sitôt du paysage. L’alternative est souvent : soit mourir sur place, soit partir vers un voyage incertain et périlleux. L’idée que l’Europe se défende, telle une forteresse, est profondément inhumaine et irréaliste. Nous avons besoin d’une politique d’accueil organisée, digne et respectueuse. Cette politique s’impose au regard de notre responsabilité dans l’état du monde. Cette politique s’impose au regard de la tradition d’accueil de la France. Cette politique s’impose au regard de la tragédie actuelle. De plus il est capital d’anticiper sur les migrations des années à venir. C’est la seule attitude courageuse et réaliste. Nous avons été des millions à être Charlie le 11 janvier dernier. Les consciences ne devraient-elles pas être tout autant interpellées, en considération du drame épouvantable de milliers de morts, des barbelés, des camps, des miradors, du racisme, du rejet de l’autre et de l’indifférence ? Il y a 70 ans, l’Europe était confrontée à l’accueil de milliers d’allemands et d’autrichiens fuyant le nazisme. Certains craignant une immigration étrangère, affichaient déjà leurs réticences. Cela nous scandalise aujourd’hui. Comment ignorer les terribles naufrages et exodes des migrants, chaque jour à la une des médias ? Comment ignorer l’afflux massif des réfugiés dans les pays les plus pauvres ? Les générations futures ne jugeront-elles pas scandaleux les tergiversations de l’Union Européenne et les réactions xénophobes de beaucoup de Français ? D’autant que face à cet afflux, en 2014, le Haut Commissariat aux Réfugiés n’a reçu que la moitié des 6,2 milliards dont il avait besoin !

Traduisons en actes les mots qui ont été ceux de la chancelière Merkel : « Je plaide pour que nous ne reculions pas devant ce défi, pour que nous l’acceptions et que nous réussissions à en tirer parti pour tous. » La vérité c’est qu’aux yeux du monde et des damnés de la terre, la France a brisé son image de patrie des droits de l’Homme. Les paroles de Philippe Bas, sénateur, président de la commission des lois, président du conseil départemental, en sont la triste illustration : « Nous ne pouvons pas être les mieux disant pour l’accueil des étrangers en Europe, nous voulons au contraire être les plus sévères. » L’Allemagne est disposée à accueillir 800 000 réfugiés. La France chipote sur un quota de 24 000 réfugiés supplémentaires…en deux ans ! Nous sommes engagés pour le respect des droits humains fondamentaux. Cela nous fait honte. Nous nous souvenons-nous que notre pays a su faire face à l’exode de masse, en 1962, de 800 000 rapatriés d’Algérie ! Recueillons-nous un instant en pensant aux milliers de migrants, abusés, tués, noyés, alors qu’ils étaient en quête d’une vie meilleure. Leur vie n’a pas moins de valeur que la notre.

A Saint-Lô le 17 octobre 2015


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 48 / 33119

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site ACCUEIILLIR, ENTENDRE, EDUQUER ET ANTICIPER.   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License