Accueil des migrants : Lettre ouverte aux maires qui ne disent mot ou attendent des précisions…

vendredi 9 octobre 2015 par mrap

Sous le couvert de

Monsieur Claude Halbecq

Président de l’association

des maires de la Manche

98, route de Candol

50008 Saint-Lô Cedex

Madame, Monsieur le maire,

. Absurde et inhumain

Depuis une décennie l’Europe construit une forteresse en dressant règlements, murs et clôtures à ses frontières.

Cette politique inhumaine a pour résultat que, depuis l’année 2000, plus de 30 000 migrants sont morts ou disparus aux portes de l’Europe. D’autres se sont « volatilisés » sur les routes périlleuses du Sahara, du Moyen Orient et ailleurs. Des milliers de réfugiés errent et souffrent sur les chemins de l’Europe.

Aucune mesure ne peut s’opposer à la volonté des hommes et des femmes de rechercher un avenir meilleur en fuyant les guerres, la misère, la répression. Il faut souligner la lourde responsabilité des Etats-Unis et des Etats européens dans la pauvreté des pays du Sud, dans la complicité avec les dictatures et dans la déstabilisation de régions entières, qui contraignent leurs populations à s’engager sur la route de l’exil. Les politiques ultra-libérales ont ouvert les frontières à l’argent-roi et les ont fermées aux êtres humains.

. C’est possible.

Parce que aujourd’hui un million de migrants, accueillis dans l’Union Européenne, c’est seulement 0,2% de sa population, l’Europe a le devoir d’assumer les conséquences du chaos dans lequel notamment le Moyen Orient et la Corne de l’Afrique sont plongés. Ce serait 120 000 migrants pour la France, à comparer à l’exode le masse en 1962 vers notre pays de 800 000 rapatriés d’Algérie et, en 1979, période de crise économique, à la mobilisation exceptionnelle - comme il en faut une aujourd’hui - pour ouvrir les bras à 120 000 boat people (Vietnamiens, Cambodgiens). Parler d’invasion pour un continent de plus de 500 millions d’habitants, c’est indécent ! Que représente environ 300 migrants, enregistrés par la préfecture de la Manche depuis le début de l’année, pour une population dans notre département de 500 000 habitants : 0,06 % ! L’autorité préfectorale doit donc arrêter de s’inscrire dans une politique de l’asile et de séjour des étrangers, manifestant une volonté de restreindre l’accueil et prendre en compte tous les aspect de la situation chaque migrant.

Il faut cesser de distinguer entre les « bons réfugiés », demandeurs d’asile venant du Proche Orient fuyant la guerre, et les « mauvais » venant d’Afrique et d’ailleurs, qualifiés de réfugiés économiques et qui auraient vocation à être reconduits à la frontière. Y aurait-il moins de dignité à prendre tous les risques pour un avenir meilleur que l’on soit « réfugié politique » ou « réfugié économique » ? Il faut aussi cesser, sous le couvert des règlements Dublin, de les renvoyer aux pays de première arrivée : Malte, Grèce, Italie, Pologne.

. Une action éducative indispensable.

L’immigration, mal perçue et souvent manipulée, est un facteur important de xénophobie et de racisme. Ce thème fait des ravages dans la vie sociale et politique en France. Contre les préjugés les plus dangereux, un travail de vérité s’impose sur la vraie escroquerie des faux arguments (réalité des chiffres, coût de l’immigration), sur les guerres et les conflits, sur la misère économique et les exclusions sociales, sur le réchauffement climatique, qui contraignent les hommes à quitter leurs lieux de vie. Il faut convaincre l’opinion publique que les phénomènes migratoires sont inéluctables et qu’il vaut mieux les intégrer que subir les mouvements de population. Contre la capillarité avec les idées d’extrême droite, lourdes de menaces pour la démocratie, l’important est de ne pas se rendre. Dans chaque commune accueillante, l’engagement doit être associé à une action éducative pour faire reculer l’incompréhension et l’ignorance. Le comité du Mrap est disponible pour agir, avec vous, contre les messages xénophobes et contribuer à la défense des valeurs universelles et indivisibles de dignité et d’égalité pour tous les être humains.

. Il y a une urgence absolue

Certes, la stabilisation régionale du Moyen Orient est de l’Afrique est un enjeu majeur. Mais, face à une crise migratoire qui présente un caractère exceptionnel par son ampleur et ses drames, les tergiversations et l’immobilisme sont insupportables. Eu égard à la tradition française, accueillir dignement les réfugiés, en refusant toute forme de « sélection », est un simple devoir d’humanité dont la responsabilité ne peut seulement incomber à l’Etat. Les maires se doivent d’être en première ligne et être soutenus. Ils ne peuvent pas se défausser sur le monde associatif de leurs responsabilités mais en faire un partenaire déterminant.

Dans l’immédiat, ne pas accueillir tous les réfugiés et leur permettre de construire une vie dans la société française, serait se ranger du coté de l’indifférence, et pire encore, renforcer ceux qui encouragent le repli, la méfiance et surtout ceux qui professent la haine de l’autre.

Ne doutant pas de votre attachement aux valeurs humanistes et comptant sur votre engagement pour conforter le sursaut citoyen qui naît, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur le maire, en l’assurance de nos salutations militantes les meilleures.

Pour le comité du Mrap,

Le président,

Jacques Declosmenil


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 58 / 33193

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LETTRE AUX MAIRES   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License