A Monsieur François Brière, Maire de Saint-Lô, Conseiller général

lundi 4 août 2014 par mrap

MAIRIE DE St LÔ

(Photo Tendance ouest)

Monsieur le maire,

Les élus de la municipalité ont fondé leur légitimité sur le refus de tout engagement partisan. Face à l’horreur engendrée par le conflit israélo-palestinien, l’absence d’un de ses représentants, au rassemblement qui a eu lieu à Saint-Lô le 4 août sous l’olivier de la paix du vallon de la Dollée, donne l’image d’élus municipaux enfermés dans un trop plein de silence. L’heure ne peut plus être à l’attentisme et continuer de détourner les yeux serait indigne.

La participation nombreuse à ce rassemblement atteste que les citoyens sont de plus en plus inquiets de l’escalade. Le conseil municipal ne peut rester davantage indifférente face à la multiplication des pertes humaines et doit agir pour tenter d’inverser les logiques extrémistes.

Certes, des divergences s’affichent sur la meilleure manière de donner une chance réelle d’aboutir au processus de paix. Toutefois un large consensus existe en faveur d’une résolution pacifique et négociée du conflit reposant sur le principe de deux Etats pour deux peuples. En l’occurrence le droit international doit rester la boussole. De même, un consensus existe pour réclamer que, sans délai, soit mis un terme aux souffrances insoutenables des populations civiles. Il est essentiel que la réaction de la municipalité préserve le vivre ensemble. Nous ne lui demandons pas de partager la cause Palestinienne ou Israélienne. Nous lui demandons simplement de faire acte de courage politique en affirmant par un geste fort la volonté humaniste de la communauté saint-loise de promouvoir la paix.

Dans un moment de trêve fragile, nous suggérons donc pour honorer la mémoire de toutes les victimes de la guerre et porter haut la voix de la raison qui rassemble, celle d’un juste équilibre entre les droits de deux peuples, que soient mis en berne sur deux des cinq hampes de la Place Général de Gaulle, le drapeau Israélien et Palestinien.

Dans l’espoir que Saint-Lô « Capitales des ruines », qui vient de commémorer sa libération le 18 juillet 1944, montre clairement son engagement contre les massacres à Gaza et pour la paix aujourd’hui, nous vous prions de croire, Monsieur le maire, en l’assurance de nos salutations les meilleures.

Pour le Comite du Mrap,

Le président.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 107 / 33193

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LETTTRE DE MRAP AU MAIRE DE SAINT LÔ   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License