Semaine nationale d’éducation contre le racisme 2014 - MRAP AVEC ATOUT THEATRE

samedi 22 mars 2014 par mrap

Hélas, chacun sait bien que l’année qui vient de s’écouler a été marquée par une montée croissante des intolérances, des haines ; marquée aussi par un déferlement de racisme à l’encontre des Roms, des Musulmans et des Noirs, notamment à travers de la personne de la Garde des sceaux, ministre de la justice, Christiane Taubira. Dans le même temps, les digues dressées contre les propos et actes antisémites ont cédé. Le 26 janvier, à Paris, les formations d’extrême droite ont osé scander, oui ils ont osé scander : « Juif la France n’est pas à toi »

Dans un contexte social et économique tendu, force est de constater que tous les indicateurs relatifs aux droits de l’homme sont dans le rouge. Face à ce danger mortel, les réactions se manifestent majoritairement contre des boucs émissaires, bien davantage que contre les vrais responsable des difficultés : ceux qui mettent au cœur de tout la suprématie de l’argent et construisent un monde toujours plus inéquitable. Nous n’éradiquerons pas totalement la part d’irrationnelle du racisme mais nous disons aux syndicalistes présents : avec vous, nous avons le devoir de combattre les racines sociales qui le font prospérer. Soyons en bien conscients. Le discours raciste s’est installé durablement dans la société française.

Quant aux politiques d’immigration mises en œuvre tant par l’Union Européenne que par la France, les tragédies de Lampedusa, Malte, Melilla… ont mis en lumière le sort tragique des migrants sur les routes de l’exil ; elles ont mis en lumière le triste sort des demandeurs d’asile et des sans papiers, dont trop peu peuvent espérer une régularisation par la France.

Les thèmes populistes, indignes de notre république, nourrissent non seulement l’extrême droite mais également une droite « décomplexée. » A terme, ce rapprochement fait craindre, une alliance contre nature UMP/FN. Cette situation contribue à une inflation du racisme et des discriminations. Elle contribue aussi à la radicalisation du discours public et aux replis identitaires qui en résultent. Les élections municipales et surtout européennes peuvent aboutir au pire. Un Front National sortant des urnes comme premier parti de France. Cela semble accepté comme une fatalité. Qui peut dire que les institutions, le gouvernement, les médias n’ont pas de responsabilité dans cette situation ?

Avec tous les acteurs civiques de France, nous devons tout faire, pour empêcher un tel scénario catastrophe de voir le jour. La semaine d’éducation contre le racisme doit être un moment fort de mobilisation. L’éducation à la citoyenneté et au vivre ensemble, sont une priorité qui passe aussi par des initiatives culturelles comme celles d’Atout Théâtre.

Demain est un jour de vote. Nous appelons à dépasser le refus participer engendré par les désillusions, l’écœurement et les promesses non tenues. Contre ceux qui jouent avec la misère, le racisme et la xénophobie, votons pour les candidats dont nous sommes sûrs qu’hier, aujourd’hui et demain, contre toutes les thèses extrémistes, ils ont été, sont et seront des gardes-fous protecteurs de notre République.

Celui qui veille sait que la nuit est longue. Tous les démocrates doivent poursuivre leurs efforts contre la montée de la haine raciste, antisémite et xénophobe. Tous les démocrates doivent poursuivre leurs efforts contre les préjugés sexistes et homophobes. Contre cette escalade, nous aurions souhaité, durant les campagnes électorales municipales que la vigilance et la mobilisation s’amplifient. Nous aurions souhaité que se construise une dynamique de débat public qui fasse obstacle aux semeurs de haine. Nous aurions souhaité que soit réhabilitée la promesse républicaine de liberté, d’égalité et de fraternité. Nous souhaitons que demain, lors des élections européennes, tous les démocrates s’engagent contre l’inflation du racisme, Le chemin pour y parvenir est encore long. Pourtant, accepter que soit semé le vent de la haine, c’est récolter un jour prochain la tempête de la violence.

Nous devons aussi penser aux guerres qui perdurent où menacent, en particulier dans un Moyen-Orient martyrisé. Nous devons aussi penser à l’Afrique pillée et gravement menacée par des changements climatiques. Nous devons aussi penser à la faim qui n’est pas une fatalité. Dans notre monde, la faim fait chaque jour plus de victimes que les attentats du 11 septembre 2001 ! Là aussi, il y a urgence à agir.

Faisons un rêve. Au 21 éme siècle, à l’heure de la mondialisation, à l’heure des merveilleuses conquêtes technologiques, il serait temps que tous les hommes, quel que soit la couleur de leur peau ; il serait temps que tous les hommes, quel que soit le pays où ils sont nés ; il serait temps que tous les hommes, quel que soit leurs convictions religieuses ou philosophiques ; il serait temps que tous les hommes puissent vivre là où ils le souhaitent ; il serait temps que tous les hommes mangent correctement à leur faim ; il serait temps que tous les hommes puissent s’exprimer librement.

Merci à nos amis d’Atout Théâtre de partager, avec nous, le combat pour les valeurs universelles et indivisibles de dignité et d’égalité de tous les êtres humains. Merci à nos amis d’Atout théâtre de partager, avec nous, le combat pour la paix, l’amitié et le respect des droits de tous les peuples. Merci à nos amis d’Atout Théâtre pour leurs paroles chaleureuses et humaines contre tous les rejets. Ce soir, grâce à eux, nous partageons ensemble un moment de fraternité et de bonheur.

Forcément, face au sentiment d’inquiétude qui domine, face à l’urgence de se mobiliser toutes et tous, ce que nous avons réussi ne sera pas à la hauteur des enjeux. Néanmoins nous ferons vivre, avec beaucoup d’autres, le message d’espoir, inscrit au Panthéon : « Sous la chape de haine et de nuit tombée sur la France dans les années de l’occupation, des lumières par milliers refusèrent de s’éteindre. » Tous ceux qui sont avec nous ce 22 mars sont une de ces lumières d’espoir. A chacune, à chacun, merci mille fois et soyez fiers de participer à un combat aujourd’hui absolument nécessaire et vital.

A Saint-Lô le 22 mars 2014

Jacques Declosmenil

Président du comité du Mrap


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 99 / 33119

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Semaine nationale d’éducation contre le racisme (...)   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License